Renault Flins, première victime en France de la crise sanitaire dans le secteur automobile ?

Renault Flins, première victime en France de la crise sanitaire dans le secteur automobile ?

D’après Le Canard Enchaîné, le groupe Renault envisagerait de fermer quatre de ses usines en France dont celle de Flins, qui emploie actuellement plus de 2 600 salariés à l’assemblage de la ZOE, de la Clio et de la Nissan Micra.



Les autres sites concernés sont Choisy-le-Roi (256 salariés), Dieppe (405 salariés) et les Fonderies de Bretagne à Caudan (418 salariés), ce qui donne un total de 3 679 salariés sous la menace. La direction de la marque au losange n’a pas confirmé cette information. Un vaste plan d’économie de 2 milliards d’euros doit être annoncé le 29 mai. En février déjà, avant même le début de la crise sanitaire, la directrice générale par intérim Clotilde Delbos n’avait pas démenti la possibilité de fermer des sites en France, déclarant : « Nous n’avons aucun tabou et nous n’excluons rien. » Renault était déjà fragilisé par une crise interne suite aux déboires de Carlos Ghosn son ancien PDG, enregistrant l’an dernier ses premières pertes depuis une décennie. L’Etat français, qui contrôle 15 % du capital du groupe, avait annoncé fin avril qu’elle étudiait la possibilité de lui accorder un prêt garanti de 5 milliards d’euros.

A lire également