Voitures électrique : la France veut passer la seconde

Voitures électrique : la France veut passer la seconde

Suivant les recommandations d’une mission confiée à l’automne et dont les conclusions ont été révélées en fin de semaine dernière devant l’Organisation internationale des constructeurs automobiles (OICA), l’état français souhaite encourager le développement de la voiture électrique sur son territoire.



Fin 2018, on comptait en France 207 000 voitures électriques et hybrides rechargeables, soit seulement 2 % du parc automobile national. L’objectif est de porter ce chiffre à 1 million dès 2022 et même à 16 millions en 2035. Des mesures d’incitation à l’achat vont être mises en place et 100 000 points de recharge devraient être réparties sur le territoire, soit dix fois plus qu’actuellement. Pour lever un des principaux freins à l’achat de l’électrique – l’autonomie de ces véhicules –, le gouvernement français va également participer à la création d’un consortium européen dédié à la recherche et à la production de solutions de stockage. Un « Airbus de la batterie » financé à hauteur de 700 millions d’euros par la France et 1 milliard d’euros par l’Allemagne.

A lire également