Levée de bouclier contre le projet de boîtes noires dans l’automobile

Levée de bouclier contre le projet de boîtes noires dans l’automobile

Le Parlement européen a adopté mi-avril la future mise en place d’enregistreurs de données d’événements dans toutes les voitures. Ces « boites noires » ne font pas l’unanimité, certains jugeant l’équipement liberticide.



Pour diminuer la mortalité sur les routes du vieux continent, le Parlement européen a étudié les différents équipements de sécurité actuellement à disposition. L’un d’entre eux a retenu son attention : l’enregistreur de données d’événements, permettant de déterminer la cause d’un accident (vitesse, alcool, endormissement, téléphone…). Une « boite noire » fonctionnant sur le modèle de ce qui équipe les avions, qui pourrait devenir obligatoire pour les nouveaux modèles en 2022. Une nouvelle résolution a été adoptée en ce sens mi-avril. Néanmoins, cette décision soulève depuis la grogne de certains automobilistes. Une pétition baptisée « Non au flicage permanent des conducteurs », mise en ligne sur le site de la Ligue des conducteurs, a déjà récolté plus de 212 000 signatures. Selon ces protestataires, ces enregistreurs ouvrent la voie à « un contrôle permanent des conducteurs ».

A lire également